Bitterwood

Auteur :  James Maxey

Éditions : Le Pré aux Clercs


Présentation de l’éditeur :

« L’âge des dragons a sonné le glas de l’humanité. Depuis des décennies, les hommes ne sont plus que des esclaves à la merci d’un système féodal cruel. Bant Bitterwood a consacré sa vie à chasser et tuer les dragons afin de venger sa famille. Lorsqu’il assassine le fils préféré du roi Albekizan, ce dernier décide d’éradiquer purement et simplement la race humaine… Bitterwood, capturé et emprisonné, met tout en oeuvre pour soulever la rébellion. La lutte s’annonce sanglante. D’un rebondissement à l’autre, James Maxey nous entraîne aux côtés de personnages hauts en couleur dans un monde foisonnant… moins éloigné du nôtre qu’il n’y paraît. »

Mon avis :
Alors que dire ? En fan de dragons et autres créatures mythiques, je me devais de lire ce livre et…. j’ai eu beaucoup de mal.
Oui, il y a beaucoup d’action, beaucoup d’intrigues….. mais je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire, à m’attacher aux héros.
Tout d’abord ces fameux dragons, gigantesques, majestueux et …. beaucoup trop humanisés à mon goût ; à certains moments j’en oubliais que j’avais affaire à des dragons. Même architecture, comportements humains, anthropomorphisme bien trop poussé. Côté humain, le héros principal, m’a parfois semblé bien léger, comme une envie de le bousculer un peu.
Sinon pour ce qui est de l’écriture, James Maxey écrit très bien, les mots sont bien choisis, mais là encore j’ai eu une impression de trop. Une métaphore çà va, trop de métaphores, bof ; j’en perdais le fil de l’action.
Au final, tout de même une bonne histoire,  puisque je n’ai pas abandonné le livre, mais une lourdeur et des effets de style un peu trop rédhibitoires pour moi. Un tome qui ne m’a pas donné envie de lire la suite…. mais que cela ne décourage pas d’éventuels lecteurs 🙂
Merci à Bob et aux éditions Pré aux Clercs pour ce partenariat.
Publicités

Le livre des morts

Auteur : Glenn Cooper
Présentation de l’éditeur

« New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont aucun point commun, hormis celui d’avoir reçu quelque temps plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec une simple date, celle du jour de leur mort. Très vite, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme le  » tueur de l’Apocalypse  » a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Les autorités, désorientées par l’absence d’indices, se tournent. vers Will Piper, ancien profileur d’élite dont la carrière a été brutalement interrompue à la suite d’un drame personnel. Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en oeuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. Mais les noms des victimes sont déjà dans Le Livre des morts…L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au cœur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain. Une mission confidentielle de Churchill en 1947 auprès du président Truman, un monastère sur l’île de Wight, la zone 51 : autant de pièces d’un puzzle machiavélique que Will devra résoudre pour faire triompher la vérité.»


Mon avis :
Reçu dans le cadre d’un partenariat, je ne regrette absolument pas d’avoir lu ce livre.
Best-seller dans de nombreux pays, c’est vrai qu’il n’échappe pas à certains poncifs du genre. L’ex-flic désabusé, obsédé et alcoolique, la jeune collègue fraîchement émoulue, pleine de principes…. pourtant je me suis laissée embarquer par cette histoire et par la construction particulière du récit.
Dans chaque chapitre, le lecteur est transporté en d’autres lieux en d’autres temps. On passe de 2009 à 777, de Las Vegas à l’Ile de Wight
Le roman démarre en trombes par des meurtres en série, pas de temps mort, les décès s’enchainent à toute vitesse, les chapitres défilent et l’enquête commence.
Tout y est, Churchill, la célèbre zone 51, la théorie du complot gouvernemental, un soupçon d’ésotérisme et un autre de Nom de la Rose ….
Petit souci, arrivé à la moitié du livre, on a tout compris, plus de suspense et à mon avis -cela n’engage que moi- la seconde partie est moins bien aboutie, même si on découvre de nouvelles choses, pas assez surprenantes à mon goût.
Néanmoins c’est un très bon polar, je ne me suis pas ennuyée une minute, de la pure distraction et j’ai apprécié.
Je remercie Blogobook et les éditions du Cherche-Midi pour ce partenariat